L’école avant

Dans cet article, vous retrouverez des comparaisons entre deux générations différentes pour constater l’évolution de l’Athénée Royal d’Uccle 1.

En premier lieu, nous avons interviewé Izmael Nikiema qui était élève à Uccle 1 dans les années 2000.

Journalistes : Le public de l’ARU1 a –t -il changé ?

I.N. : Je passe de temps en temps devant Uccle 1 donc je ne saurai pas dire si ça a évolué en bien ou en mal mais la seule chose que je peux dire parce que ça me tient à cœur c’est au niveau de la diversité. Et à mon époque il y avait très peu de personnes noires et c’est vrai que maintenant quand je passe devant l’école j’en vois beaucoup plus. Donc oui ce que je pourrais dire de positif c’est que j’aime bien quand je passe devant Uccle 1 et que je vois des gens de plusieurs origines là où avant j’étais le seul noir.

J. : Les professeurs de l’école étaient-ils plus du genre strict ou pas trop ?

I.N. : Personnellement, de mon expérience, j’ai eu des deux mais je pense que j’ai plus eu des profs moins sévères ou même s’ils étaient pas sévères ils étaient plus exigeants, exigeants dans le sens où ils voulaient au moins que si tu ne suivais pas le cours, tu n’entraines pas les autres dans ta chute. Maintenant c’est vrai que j’ai eu deux, trois cas très spéciaux à Uccle 1, je ne citerai pas des noms mais il y avait des cours où il y avait des élèves qui jouaient aux cartes à l’arrière, ils s’en fichaient. Et puis aussi, j’ai cette théorie que j’étais e F et je pense que les profs que tu as en F et en A ce n’est pas la même chose. Mais je ne pense pas qu’il y ait une différence de capacité entre les élèves, bon après si tu choisis math fortes, c’est déjà autre chose (…). Sinon, de manière générale, je trouve qu’Uccle 1 reste assez ouvert, libre, on ne te force pas à faire les choses. Mais franchement en vrai les profs à Uccle 1 ils étaient plutôt cool.

J. : Comment était la relation élèves / professeurs ?

I.N. : La relation élèves professeurs, il n’y avait rien de spécial. Evidemment, il y avait toujours un ou deux professeurs qui sortaient du lot mais en tout cas j’ai gardé une assez bonne expérience des contacts que j’avais avec les profs d’Uccle 1. (…) Mais de manière générale, je trouve que ce qu’on met en place à l’ARU1 c’est assez positif. (…) il y a une grande part où on te responsabilise. Bon, certains te donnent des devoirs, si tu ne les fais pas tu as zéro. Mais par exemple moi j’avais des professeurs qui étaient à fond sur la prise de notes et c’était par exemple un truc très positif surtout si tu pensais entamer des études supérieures. Et donc oui, par rapport à ça, je dirais que le rapport aux profs était constructif. (…)

J. : Est-ce-que le bâtiment était bien entretenu ?

I.N. : Alors ça c’est très « piquant », je pense qu’on est tous d’accord sur la question parce que vous avez encore des problèmes de chaudière et nous on a eu les mêmes et ma sœur qui est une génération avant a eu les mêmes et les parents de l’ex-mari de ma sœur qui étaient aussi à Uccle 1 avaient aussi les mêmes donc on va dire que non. (…) je pense qu’ils font aussi de leur mieux avec le budget qu’ils ont c’est pas quelque chose qu’on peut leur imputer. Mais je vais rajouter quelque chose à cette question, c’est que tous les défauts d’Uccle1 ça lui rajoute quand même du charme, les vieux escaliers et la salle des profs, je trouve que c’est quand même un charme. C’est du « pourri chic ».

J. : Si vous pouviez changer quelque chose à l’ARU1, ça serait quoi ?

I.N. : Par rapport à l’expérience que j’ai eue à l’époque , je changerais rien en rapport avec  les professeurs mais je pense qu’avec un  peu plus de moyens pour rénover l’école et faire plus d’aménagements. Si je devais dire vraiment un truc à changer ce n’est pas les profs, je veux dire ils sont humains, il y a des jours avec et des jours sans. Puis ça ne doit pas être facile aussi de gérer des étudiants qui font les « foufou » mais je dirais oui un investissement au niveau de l’infrastructure, remplacer la chaudière, du double vitrage et les espaces sport.

J. : Pour finir, quel est le meilleur souvenir que vous gardez d’Uccle 1 ?

I.N. : Il n’y a pas de chose précise mais de manière générale, tout mon passage à Uccle 1 était bien.

Passons à l’interview suivante.

Arrivée en 1999 jusqu’en 1995, Sanata Nikiema nous dit qu’au fil des années il y avait plus de diversité ( bonne nouvelle !). Mais elle nous dit aussi que beaucoup plus de professeurs étaient stricts. En ce qui concerne le bâtiment, il était vétuste, il y avait des pannes de chauffage et des installations préfabriquées. La seule chose qu’elle changerait serait les infrastructures, une rénovation et une modernisation en profondeur. Elle nous partage également son meilleur souvenir qui est la rencontre du père de ses enfants, de nombreux amis et surtout un professeur de français extraordinaire (Madame Depauw).

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.